30/03/20

Six façons d'utiliser la vidéo pour progresser sans jouer

conseils

Cas de force majeure : vous êtes (nous sommes tous) privés de tennis pendant plusieurs semaines… mais pas de technologie ! C'est le moment idéal pour se lancer dans l'entraînement vidéo qui, utilisé à bon escient, pourra largement vous permettre de progresser même sans jouer. Oui, oui !


L'utilisation de la vidéo comme méthode d'entraînement est aussi répandue dans le sport professionnel qu'elle est sous-utilisée chez les joueurs amateurs. Alors s'il est bien un moment où il faut s'y mettre, c'est probablement actuellement où vous êtes "confinés" chez vous à ne rien pouvoir faire, si ce n'est peut-être taper quelques balles contre le mur du garage.

Visionnage de "tutos", visualisation de champions, analyse de ses propres matches… Pour utiliser et optimiser la vidéo, il existe différents moyens que nous allons voir avec deux entraîneurs au profil différent : Jean-Pascal Roussat, un technicien connu notamment pour son site free-tennis, qui travaille par ailleurs avec la jeune espoir française Shanice Roignot, gagnante cette année du TIM Essonne ; et Rafael Gonzalez, un coach physique et mental espagnol établi en France depuis 25 ans, par ailleurs analyste vidéo, et qui a longtemps collaboré avec son compatriote Adrian Menendez Maceiras (111è mondial en 2015).


1/ Faites de la visualisation
On peut regarder des highlights de champions pour se faire plaisir, bien sûr. Mais on peut aussi regarder des séquences de match de manière "active", pour s'imprégner de leur savoir-faire. "Il est prouvé que chez l'homme, l'apprentissage se fait essentiellement par le mimétisme, via les neurones miroirs, explique en préambule Rafael Gonzalez, qui se sert notamment de l'outil pour l'aspect tactique avec ses élèves. Je choisis une vidéo avec un enchaînement précis à améliorer, puis on fait un travail de visualisation et d'ancrage. L'idée est de regarder la séquence une première fois, puis de fermer les yeux et de la visualiser dans sa tête. Et l'on regarde ainsi plusieurs fois la scène de plusieurs manières, au ralenti, en zoomant, en s'attachant à des détails, etc."

Le mieux est de le faire accompagné d'un professeur certifié, mais ce travail peut tout à fait s'initier seul, également (ci-dessous, un résumé de Mladenovic-Barty, finale de la Fed Cup 2019, une bonne séance vidéo de plaisir... et de travail éventuellement).




2/ Filmez-vous en train de jouer… à blanc
Le "Air tennis" (dit aussi "Shadow tennis"), figurez-vous, est une affaire tout à fait sérieuse ! Si vous n'avez pas de vidéo de vous en train de jouer, vous pouvez tout à fait vous filmer dans votre jardin, ou votre salon, en faisant quelques gestes à blanc (avec la raquette, quand même).

"Evidemment, à blanc, on est loin des conditions réelles et de tous les phénomènes parasites qui peuvent vous bloquer en vrai, mais c'est néanmoins une bonne façon de s'approprier le mouvement, abonde Jean-Pascal Roussat, pour qui il est tout à fait possible d'effectuer des séances de coaching à partir de "Air Tennis". Si on est capable de faire le geste juste à blanc, alors il n'y a pas de raison que l'on ne soit pas capable de le faire sur un terrain avec une balle, à condition de se débarrasser de ces phénomènes parasites et notamment de désacraliser l'impact."

Seul petit conseil pour votre séance de "Air tennis" : tenez-vous éloigné des regards étonnés de vos voisins, quand même…  

 

3/ Mettez l'accent sur le service
S'il y a bien un coup que vous pouvez travailler seul, c'est le service. C'est justement l'un des trois coups (avec le coup droit et le revers à une main) sur lesquels Jean-Pascal Roussat propose des formations vidéo : "90% des exercices que je propose sur le service, on peut les travailler chez soi, avec énormément de précision et de performance. Le service est un coup qui répond avant tout à une mécanique "vérité". Une fois que vous avez assimilé celle-ci, vous pouvez ensuite aller sur le terrain et ça n'est qu'une question d'ajustement."

Pas d'hésitation, donc : on prend sa raquette, sa balle, sa caméra, et on se lance dans une séance de perfectionnement technique, idéalement encadrée par un professeur "complice".

Découvrez ici le tuto "service pour débutant" sur la nouvelle plateforme FFT TV. Plein d'autres vidéos techniques et tactiques sont à découvrir !



4/ Faites une analyse technique de vos propres vidéos
Pour ceux qui ont la chance d'avoir des vidéos d'eux-mêmes en train de jouer en match, visionnez-les avec des objectifs d'analyse précis. "Vous pouvez faire une analyse statistique pour vérifier et améliorer votre identité de jeu, comme le suggère Rafael Gonzalez. Par exemple, comptez le nombre de fois où vous jouez avec votre coup fort, le pourcentage de 1ères balles, les zones les plus jouées, etc. Vous pouvez aussi prendre conscience de votre position, de vos gestes, de votre jeu de jambes, de votre gestion mentale du match, si vous notez des changements de style ou d'intensité dans les moments de tensions, etc." C'est presque infini. 
La vidéo a un intérêt principal : elle ne "ment" pas, à l'inverse du cerveau qui, sous le coup de l'émotionnel, peut parfois (souvent) vous livrer une perception totalement faussée de votre prestation.

Pour les plus branchés, il existe des logiciels d'analyse vidéo très performants, comme Dartfish ou Kinovea, qui proposent des fonctionnalités intéressantes : ralenti, zoom, changements d'angles, double écran pour une analyse comparative de votre coup avec celui d'un champion, etc.

Pour ceux qui ont la possibilité de jouer chez eux, contre un mur ou autres, il existe également une fonction de direct retardé qui permet, via la "webcam" de l'ordinateur (ou une caméra reliée), de se voir jouer avec quelques secondes de décalage. Et ainsi pouvoir se corriger immédiatement, si besoin.


5/ "Piquez" des trucs aux champions
L'idée, là encore, est de regarder des vidéos de champions de manière active, en s'attachant à des détails précis. Jean-Pascal Roussat, en bon technicien, est ainsi très sensible à certains points techniques. "Au service, regardez par exemple les montées de balle de Stan Wawrinka, Benoît Paire ou Feliciano Lopez : ce sont des montées très pures, cliniques, sans cette impulsion néfaste du poignet que font beaucoup trop de joueurs, propose-t-il ainsi. En coup droit, regardez chez Djokovic et Nadal le rôle de la main libre, qui emmène très loin la raquette en arrière, ce qui lui donne un rôle à la fois de guide, de soutien, mais aussi qui permet de tourner automatiquement les épaules. Attachez-vous aussi, bien sûr, à regarder le relâchement absolu de Federer, dont la gestuelle est entièrement induite par ce relâchement. Bref, observez au mieux l'état dans lequel sont les champions, essayez vraiment de le ressentir."

On est dans la visualisation, là encore. Découvrez ci-dessous une séquence des "minutes bleues" de nos équipes de France où l'entraîneur Loïc Courteau décrypte le jeu adverse avec Jo-Wilfried Tsonga.



6/ Copiez aussi leurs attitudes
Rafael Gonzalez, lui, s'attache davantage aux attitudes des champions, qu'il montre souvent en exemple en vidéo. "Je vous invite à regarder comment les meilleurs gèrent les pauses entre les points, notamment après avoir fait une erreur. Comparez éventuellement avec le reste du top 100. Les champions sont des êtres humains, eux aussi ont peur, perdent parfois le contrôle. La différence, c'est qu'ils le reprennent très vite."

Et ce souvent grâce à des "trucs" qui leur sont propres, et qu'il est très utile d'observer à la vidéo. "Maria Sharapova, par exemple, avait une routine très marquée, on voit très bien comment elle s'activait et se désactivait, et ce exactement de la même manière sur le premier comme sur le dernier point du match. Djokovic a une autre manière de s'activer, par exemple lorsqu'il écarquille les yeux avant de retourner. Nadal évidemment aussi, a ses "trucs"… A l'opposé, on a une Serena Williams qui ne fait pas d'activation physique, qui est uniquement dans la recherche du relâchement."

Si vous ne l'aviez jamais remarqué, maintenant, vous le savez. A vous d'aller l'observer, et de regarder également d'autres routines de joueurs. Pour, petit à petit, finir par trouver celle qui vous correspondra.

Découvrez ici des routines de vestiaires des champions à Roland-Garros, notamment celle de Rafael Nadal